Depuis un an, le travail à distance est un enjeu stratégique pour toutes les entreprises. Selon la culture, la maturité ou l’ambition de celles-ci, plusieurs options sont possibles et les entreprises vont devoir choisir où positionner le curseur télétravail.

Dans cette série d’articles, nous vous présentons cinq scénarios pour aider les entreprises à se situer et engager leur transformation.

SCÉNARIO 3

LE FLEXWORK

Ce troisième scénario est le scénario hybride par excellence. Dans ce cas de figure, on va laisser les salariés libres de choisir leur fréquence de télétravail de 1 à 4 jours par semaine.

On laisse par ailleurs une grande liberté dans le choix du lieu de travail, la seule chose qui compte c’est de se retrouver régulièrement au bureau.

Le bureau devient un hub collaboratif, plus petit et plus social prolongé par une multitude de lieux de travail (domicile, résidence secondaire, coworking, autre sites de l’entreprise, etc…)

Le scénario du futur ? 

Ce scénario est celui qui correspond le plus aux attentes exprimées par les collaborateurs pour l’après-Covid mais il implique de se questionner en profondeur sur ce que l’on fait quand on revient au bureau, ce que l’on fait pour nourrir le collectif ( les réunions, le temps de socialisation etc) ?

L’équation immobilière dans ce scénario est assez simple.

Elle vise à proposer des bureaux moins grands car on n’a moins besoin de m² (Une étude récente de l’IEIF estime que 2,2 jours de télétravail en moyenne implique une baisse de 36% de la surface de bureau), plus collaboratifs et surtout, plus sociaux.

 

A partir du moment où il y  a une grande liberté dans la fréquence du lieu de travail, avec une partie importante des salariés qui vient moins (mais mieux ?) au bureau, il est clair que l’entreprise ne peut plus leur dédier des postes de travail.

Le siège social évolue donc en proposant des bureaux en environnement dynamique (espaces de travail ouverts et diversifiés en fonction des usages), mais également plus d’espaces de collaboration et de socialisation. Ces deux éléments ressortent en tête des attendus collaborateurs dans les enquêtes internes sur le bureau de demain.

Pourquoi ce n’est pas si simple ? 

Ce scénario semble naturel mais il n’est pas si simple à mettre en œuvre. 

Deux expériences de travail

Le risque principal d’une approche hybride non maîtrisée est de faire cohabiter deux expériences de travail différentes parmi les employés. Ce qui ne manquera pas de créer des problèmes dans l’intégration des collaborateurs ou l’efficacité des collectifs. 

 

Cela peut aussi contribuer à créer des trajectoires de carrière à deux vitesses.

Comme l’écrit Gabrielle Halpern dans son livre Tous centaures ! Eloge de l’hybridation

L’hybridation est le contraire de la juxtaposition ; c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de faire coexister de l’agilité avec de la rigidité”.

Transformation de l’organisation du travail

Faire le choix de se synchroniser sur les attentes individuelles en matière de fréquence et de choix du lieu de travail représente un grand pas en matière de qualité de vie au travail et de confiance. Mais cela crée de grands bouleversements d’un point de vue organisationnel.

Pour éviter que les entreprises se retrouvent avec des collectifs désynchronisés, les équipes seront obligées de revoir totalement leur manière d’organiser le travail (processus, outils, rituels, animation) et les modes de communication.

On s’aperçoit dans ce scénario, que la responsabilité de l’organisation du travail descend au niveau de l’équipe, avec son lot de responsabilités et pression supplémentaire pour le manager et le collectif. 

Environement de travail phygital

Ce scénario implique également de questionner les usages avec le prisme présentiel/distance. Certains parlent d’environnement de travail phygital.  Chaque entreprise et chaque équipe doivent identifier les usages et les rituels incontournables en présentiel, les évolutions culturelles à apporter pour passer d’une culture de l’oral à une culture de l’écrit, s’attaque au sujet de transparence de l’information et aux outils de communication qui permettent à la fois de documenter les décisions et les partager.

Investissements

Enfin ce scénario implique du temps et des investissements pour faire évoluer les espaces de travail tant au niveau du siège que dans le travail à distance (indemnités, fourniture matériel, pass coworking, …), les outils de communication et partage d’information et bien sûr les évolutions managériales et individuelles. Tout ou partie de ces investissements pouvant être équilibrés par les économies réalisées sur l’immobilier. 

NB: Ce scénario hybride fera l’objet d’un article plus détaillé sur le blog de Neo-nomade prochainement. 

 


POUR RÉSUMER :

↑ Liberté de choix pour les collaborateurs

↑ Engagement salarié fort

↑ Attractivité, marque employeur

↑ Economies immobilières modérées

↓ Complexité d’organisation pour les équipes & managers

↓  Gestion complexe de l’occupation des bureaux

Δ  Investissements à ne pas sous-estimer

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires