LE E-TRAVAIL EXPLOSE CHEZ LES 30-40 ANS

Un sondage réalisé par LBMG WORKLABS auprès de plus de 350 travailleurs de la région parisienne met en évidence la montée en puissance du télétravail chez les 30-40 ans.

nquête télétravail LBMG

UNE ATTENTE FORTE DES SALARIES

Globalement, ce ne sont pas moins de 42% des sondés qui pratiquent le travail à distance. En moyenne, ceux-ci télétravaillent 2,5 jours par semaine. Une pratique dont les avantages sont sans équivoque : 5h de productivité gagnée, 4h de transport et 110km de transport économisés par semaine.

La flexibilité, l’équilibre avec la vie privée et la réduction du stress, de la fatigue et des temps de transports sont les autres atouts massivement cités par les sondés. Des bienfaits également attendus par ceux qui n’ont pas encore franchi le pas.

DES ENTREPRISES A LA TRAINE

Mais les entreprises tardent à prendre acte de cette évolution : seuls 12,5% des télétravailleurs voient leur situation formalisée dans leur contrat de travail. Et les clichés ont la vie dure : parmi ceux qui ne pratiquent pas le télétravail, 84% craignent de se retrouver isolés, et 65% craignent de manquer des opportunités professionnelles.

Des craintes qu’au demeurant les télétravailleurs infirment, puisqu’ils ne sont plus que respectivement 28% et 16% à évoquer ces risques une fois le pas franchi.

Concernant le lieu du télétravail, le sondage montre l’émergence du besoin de « tiers-lieux », ces espaces intermédiaires entre le bureau et le domicile. Si du côté des télétravailleurs, les préférences vont vers le domicile (65%) ou le nomadisme (26%), ceux qui aimeraient franchir le pas préféreraient le faire dans un tiers-lieu (35%).