On le sent depuis quelques mois, ça bouillonne sur le marché du coworking en France. En tant qu’acteurs de la première heure de ce mouvement on attendait ça avec impatience et il faut se rendre à l’évidence: the time is now! Plusieurs études viennent confirmer une tendance que nous constatons au quotidien sur la plateforme et chez nos clients. Retours sur une étude publiée par le Figaro et Cushman Wakefield, alors que s’ouvre aujourd’hui le Salon de l’Immobilier d’Entreprise. Le secteur pourrait se retrouvé boulversé par cette nouvelle vague de fond.

 

L’explosion de la tendance vue par l’immobilier: des transactions multipliées par 20

D’abord, une étude Cushman & Wakefield, relayée par Le Figaro en Infographie, confirme que cette tendance est loin d’être un effet de mode. Selon le spécialise de l’immobilier, entre 2014 et 2017, les transactions ont été multipliées par 20: (+600% entre 2014 et 2015, + 100% de 2015 à 2016 et + 86% de 2016 à 2017). On constate donc un ralentissement relatif, qui s’explique par le fait que le marché était au départ extrêmement restreint.

Les villes les plus attractives pour les espaces de coworking

Au total, l’étude compte environ 700 espaces de coworking en France, ce qui correspond peu ou prou à ce que nous constatons sur la plateforme. Paris reste en tête de peloton, mais la province n’est pas en reste et de nombreuses opportunité de croissance sont encore à saisir dans ces secteurs.

Lire aussi: Entreprises: comment mettre en place le coworking pour vos salariés

L’étude met l’accent sur le fait que WeWork, géant américain, a servi de catalyseur et d’accélérateur en bousculant les acteurs immobiliers traditionnels en France. Difficile de savoir exactement l’impact de l’arrivé de la licorne. Nous avions constaté à peu près au même moment une consolidation des différents acteurs de poids (Nextdoor, Wellio, Blue Office, Multiburo, Regus / Spaces). Ceux-ci n’avaient pourtant pas attendu WeWork pour voir que le marché était porté par des tendances de fond: besoin des entreprises pour plus de flexibilité dans la gestion immobilière, nouvelles attentes de collaborateurs pour des solutions de mobilité et d’espaces de travail alternatifs.

 

Des espaces de plus en plus grands

L’un des points sur lesquels nous sommes alignés: la taille (et la qualité) des espaces est en forte augmentation. La compétition est ouverte pour gagner le titre du plus grand espace d’Europe, avec WeWork et Spaces en tête. Difficile de savoir exactement quelle est la capacité globale de l’offre en m2 ou en nombre de postes, mais il est clair que la taille moyenne des espaces a été fortement tirée vers le haut avec l’accélération de la tendance. Ceci s’explique notamment par l’arrivée d’acteurs industriels et par le fait qu’il faut atteindre une certaine « masse critique » pour amortir les coûts fixes d’un espace et atteindre un seuil suffisant de rentabilité.

Jusqu’où ira le coworking?

Difficile à dire aujourd’hui, tant l’accélération est forte. D’autant plus que nous constatons un taux important de saturation des espaces de coworking, en particulier en centre urbain. Preuve que le marché a encore de la profondeur. Les acteurs du marché peuvent compter sur les grandes entreprises pour venir améliorer les perspectives. Ce sont elles qui – si elle investissent massivement ces nouvelles solutions flexibles – constituent la plus grande reserve de croissance.

 

Lire l’article complet sur le site du Figaro

Consultez  la liste des espaces de coworking sur Neo-nomade